Rwanda : La stabilité de la Centrafrique au centre de la session ministérielle de l’UNSAC

Rwanda : La stabilité de la Centrafrique au centre de la session ministérielle de l’UNSAC

Depuis 1992, les Etats du Comité Consultatif Permanent des Nations Unies sur les questions de Sécurité en Afrique Centrale (UNSAC). Les membres se réunissent au Rwanda pour faire le bilan des enjeux sécuritaires et géopolitiques en Afrique centrale et faire un rapport sur les programmes du désarmement et de limitation des armes dans la sous-région.

A l’occasion de sa session ministérielle, les différents ministres des Affaires Etrangères de la Sous-Région ont axé leur communication sur la paix et la stabilité en Centrafrique. « Après le huis-clos ministériel, les travaux de la 45e réunion de l’UNSAC se sont poursuivis avec une session protocolaire essentiellement marquée par des allocutions en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique centrale, en particulier en RCA », lit-on sur le compte twitter de l’UNSAC.

Profitant de cette réunion, M. François Louncény Fall, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique Centrale et Chef de l’UNOCA, « a réitéré la disponibilité de l’ONU à continuer à soutenir les efforts de la sous-région en matière de paix et sécurité ».

Ensuite, les Ministres des Affaires étrangères ont décidé que le Congo Brazzaville accueillera en 2018, la 46e réunion de l’UNSAC. A cet effet, le Ministre camerounais des Relations extérieures, M. Mbella Mbella, a passé les flambeaux de la présidence tournante de l’UNSAC à son homologue du Rwanda, Mme Louise Mushikiwabo.

Pour cette 45e réunion du Comité Consultatif Permanent des Nations Unies sur les questions de Sécurité en Afrique centrale (UNSAC), la République Centrafricaine est représentée par son ministre des Affaires Etrangères, Charles Armel Doubane et le Colonel Service (Expert).

Nécessité de la mise en œuvre d’une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme :

La région centrale de l’Afrique suscite un grand intérêt géostratégique et économique. Elle est aussi confrontée à une instabilité née du terrorisme dans le Lac Tchad et la piraterie dans le Golf de Guinée, d’une part et les crises militaro-politiques en Centrafrique et l’appétit des groupes armés pour le contrôle des mines dans l’Est congolais.

Ainsi, pour éradiquer le terrorisme dans la Sous-région, les experts de l’UNOCA ont souligné « la nécessité de mettre en œuvre la stratégie régionale de lutte contre le terrorisme » adoptée en 2015.
Sur ce, le Professeur Wullson Mvomo Ela, le Secrétariat général de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) a rapporté que « les dispositions ont été prises afin que ladite stratégie  soit endossée par les instances du Conseil de paix et sécurité (COPAX) ». Enjeu régional, le Professeur Wullson Mvomo Ela a indiqué que la CEEAC et la CEDEAO se réuniront prochainement pour « la définition d’une stratégie interrégionale pour faire face au terrorisme et à Boko Haram ».

A l’occasion de cette 45e Session, la piraterie et la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, la mise en œuvre de l’agenda Femmes, Paix et Sécurité en Afrique centrale, la réforme du COPAX ont été aussi débattus.

L’UNSAC compte onze Etats membres : Angola, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Rwanda, Sao Tome & Principé, Tchad.

Bangui (République Centrafricaine) avait accueilli du 5 au 9 décembre 2011 la 33e réunion ministérielle de l’UNSAC./

Rwanda : La stabilité de la Centrafrique au centre de la session ministérielle de l’UNSAC

Posté le 10/12/2017 par rwandaises.com

Laisser une réponse

La radio aléatoire
La radio en direct!